Les vacances sont terminées. Et voilà qu’après ce temps de repos nous nous mettons à nouveau sous le « joug » du travail, de l’école ou simplement de la routine quotidienne – ce « fardeau » que sont les besognes de la vie. Joug pesant ? Lourd fardeau ?


     Ca dépend. Ceci est certain : dès lors que l’idéal serait de vivre à chaque instant de façon « décontractée », d’être perpétuellement libre de tout ce qui demande des efforts, notre travail quotidien ne peut qu’être ressenti comme pesant. Or, dans notre société dite de consommation il semble que c’est bien cet idéal-là qui hante les esprits. Il suffit de regarder les publicités qui sont comme le miroir de nos rêves – ces images de petits paradis d’insouciance où tout est beau et facile et où les gens ont l’air de planer dans une parfaite béatitude. Malheureusement, ces images-là nous trompent puisqu’au lieu de nous apaiser, elles nous troublent. L’idéal de la vie facile et « décontractée » rend par effet de contraste notre vie quotidienne insupportable. Pire, cet idéal provoque une grande exaspération ainsi qu’un esprit de jalousie qui fait mal aux autres et à soi-même. Comment faire pour accéder à ces petits jardins d’Eden, à ces états de béatitude et du « je le vaux bien » ? Par quels moyens, par quels efforts ? Voilà la question qui comme un fardeau supplémentaire va se superposer au fardeau « normal » que sont les besognes de tous les jours. Par conséquent, au lieu de nous libérer de nos fardeaux (c’est sa prétention) cet idéal ne fait qu’alourdir notre joug…


    Tout change à partir du moment où nous nous laissons interpeller par la parole contenue dans la Bible. Car cette parole ne nous incite pas à vivre en vue d’un quelconque idéal humain avec tout ce que cela comporte comme efforts  supplémentaires mais elle nous appelle à nous référer à la volonté de Dieu, et cela dans un élan de reconnaissance pour tout ce qu’il nous donne chaque jour. La Bible est réaliste : le travail quotidien fait partie de la vie. C’est comme ça. Or, maintenant il s’agit de voir en ce travail un moyen pour témoigner de la bonté de Dieu, Comment ? En suivant les conseils que Dieu nous a donnés. Et en voici un : tout travail est appelé à se faire dans un esprit de service. Là – et là seulement le travail devient fardeau léger. Comment ça ? C’est parce que nous croyons qu’un autre chemine à nos côtés, qu’il porte notre joug avec nous : Jésus, qui est le Christ, c’est-à-dire roi, et qui tout en étant roi, s’est fait serviteur. Et vous allez voir, tout en cheminant avec lui, vous allez petit-à-petit vous rendre compte qu’au fond, c’est lui qui vous porte. Et jamais il ne vous laissera tomber. Donc, au travail !



Gaspard VISSER'T HOOFT